randonner au Japon ?

 Dans Hyakumeizan (百名山), Informations montagne

Le Japon pour vous cela évoque quoi ? Des immenses mégalopoles ultra moderne telles Tokyo et Osaka, leur vie trépidante, leurs gratte-ciels ? A l’opposé cela vous évoque peut être le zen, les ambiances calmes et minimalistes ? Où des images plus anciennes rattachées aux samouraïs, aux geishas, aux sumos ? Enfin pour vous le Japon est peut être actuellement le centre culturel (mode, architecture, musique, graphisme, animation, manga…) le plus excitant du monde ?

Et si le Japon était tout cela à la fois et bien plus encore : un coucher de soleil sur le Mont-Fuji, des randonnées de crête interminables dans les Alpes japonaises, un bain dans une vasque d’eau chaude au beau milieu d’un torrent de montagne, la puissance des volcans sous les pieds et les colonnes de fumée jaillissant de terre, l’atmosphère paisible d’un temple millénaire au sommet d’une montagne, les étendues sauvages de Hokkaido


Levé de soleil sur le Mont-Fuji depuis Kitadake, Alpes du Sud


Péninsule de Shiretoko (Patrimoine mondial de l’UNESCO), Hokkaido

Le Japon situé sur la zone de subduction entre les plaques Pacifiques, Philippines et Eurasienne est sujet à d’intenses mouvements qui n’ont cessé d’ériger montagnes et volcans au cours des 20 derniers millions d’années. Pays de montagnes, elles en occupent presque les ¾ du territoire ; le contraste est frappant entre les villes surpeuplées des plaines et l’immensité des zones de montagnes qui, en comparaison, sont quasiment vierges. Il faut dire que les montagnes n’ont jamais été exploitées ni pour l’agriculture ni pour l’élevage. Cette dernière activité était d’ailleurs presque inexistante au Japon avant le XIXème siècle.


Karamatsudake ; arrivée d’un typhon

Conséquence, le Japon est parmi les pays industrialisés l’un des plus boisés (les forêts recouvrent les deux tiers du territoire). D’ailleurs, dans le passé, les montagnes étaient perçues comme : « une zone de végétation abondante qui apporte des bienfaits » autrement dit : la forêt. Ces montagnes boisées sont aussi une ressource en eau très précieuse pour la culture du riz en plaine. Le défrichement des versants entraîne inondations et sécheresses dans les plaines en aval et peut désorganiser l’ensemble du réseau d’irrigation.


gauche : Coin de fraicheur à Dewasanzen, près du sommet de Gassan
droite : Ura-Bandai

De vastes et magnifiques panoramas s’offrent donc aux randonneurs. Avec le Mont-Fuji (3776 m) pour point culminant, les massifs japonais, moins élevés, ne proposent pas comme les nôtres de paysages de haute montagne ; pas d’aiguille avec de belles faces verticales de granite, de neiges éternelles et encore moins de glacier. Ceux observés n’en sont pourtant pas moins saisissants. Le Japon propose un panorama inattendu, particulièrement agréable et relaxant, introuvable chez nous : la vue qui s’offre en fin de randonnée depuis le rotenburo (source thermale en extérieur) sur la montagne que l’on vient de gravir. Un must !


Yari onsen, Alpes du Nord

La montagne fait aussi référence à : « un lieu sacré où vivent les dieux et où l’on va s’entrainer (Il ne s’agit bien sûr pas d’entraînement sportif, mais d’un entraînement spirituel qui prenait souvent la forme d’un isolement prolongé pour méditer), mettre sa foi à l’épreuve». A l’instar d’autres civilisations, les montagnes sont sacrées. Si dans certaines de ces cultures le caractère sacré en interdit tout accès, il n’en est rien au Japon. Elles sont au contraire un lieu de pèlerinage, un lieu de culte. Nombreux sont les sommets ornés d’un petit autel, voire d’un temple pour certains, qui leur confère un charme et une ambiance très particulière.


Vue sur le Mont-Fuji depuis la crête de Shirane-sanzan, Alpes du Sud

Enfin la montagne au Japon c’est une neige exceptionnelle l’hiver, grâce à la combinaison des vents froids venant de la Sibérie toute proche et des précipitations venant de l’océan Pacifique. En janvier 2006 des chutes de neige record on ainsi accumulées 3,50 m en moins d’une semaine dans certaines régions. S’il s’agit d’exception, l’ouverture au début du printemps de la route Tateyama kurobe alpine route dans les Alpes japonaises du Nord attire chaque année de nombreux touristes qui la sillonnent en bus où à pied. La profondeur de la tranchée creusée dans la neige pour atteindre la route à une moyenne 10 m et peut aller jusqu’à 20 m les années avec beaucoup de neige. C’est spectaculaire ! Avec de telles conditions, les possibilités sont alors nombreuses, ski hors-piste, alpinisme, raquette…


Cime des arbres à Zao onsen après le levé du soleil

Vous hésitez encore ? Le Japon a pourtant tous les atouts d’une destination de montagne exceptionnelle !
Vous vivrez une expérience unique de la montagne entre découverte culturelle, thermalisme, spiritualité et paysages à couper le souffle.

Photographies :
Copyright Bernard LANGUILLIER
http://www.light-of-earths.com/

Arctiles Récommandés
Showing 2 comments
  • Delphine G-M

    Bonjour,

    Tout d’abord, merci pour ce site riche en expériences qui tentent…
    Pour ma part, je souhaitais faire des randonnées essentiellement dans le Kyushu. Est-il possible d’obtenir les noms des randonnées du Kyushu, afin de les consulter sur le site directement ?

    Si l’on souhaite avoir Tozai Trek comme guide accompagnateur, comment est-ce que cela s’organise ?

    Merci pour les réponses apportées.

  • Matthieu

    Vous pouvez faire des recherches sur mon site a partir du menu recherche de topos, mais malheureusement je n’ai pas encore eu la chance d’aller a Kyushu comme vous le verrez rapidement sur la carte des topos. Le lonely planet « Hiking in Japan » doit contenir quelques randonnees la-bas. Sinon probablement sur internet.

Laissez un Commentaire

Saisissez votre recherche et appuyer sur la touche Entrée