Goryūdake (五竜岳) ~ Kashimayarigatake (鹿島槍ヶ岳) ~ Jiigatake (爺ヶ岳)

 Dans Hyakumeizan (百名山), Rapport de sortie

Après un mois entier sans presque sortir à cause des mauvaises conditions météo, il s’est quand même décidé à faire beau pour le week-end dernier, long week-end de trois jours, dont on a ainsi pu profiter pour faire la traversée de Goryūdake (五竜岳) jusqu’à Kashimayarigatake (鹿島槍ヶ岳) qui passe par l’arête escarpée de Yatsumine-kiretto (八峰キレット) entre le refuge de Kirettogoya (キレット小屋) et Kashimayarigatake et est considéré comme l’un des itinéraires de randonnée les plus durs après ceux de Nishi-Hotakadake (西穂高岳) ~ Oku-Hotakadake (奥穂高岳) et l’arête de Daikiretto (大キレット) entre Oku-Hotakadake et Yarigatake (槍ヶ岳) (consultez cet article pour plus d’informations sur cette région).

Week-end de trois jours signifie forcément beaucoup de monde et il vaut mieux planifier en conséquence. Parti la veille au-soir en voiture (une fois n’est pas coutume), on a pu commencer notre randonnée relativement tôt même si on était loin d’être les premiers. Parti de la station de ski de Hakuba-Goryū (白馬五竜スキー場), l’arête de Tōmi-one (遠見尾根) est un long enchaînement de petits sommets avant la dernière montée jusqu’au sommet de Shiradake (白岳) derrière lequel se trouve le refuge, notre objectif du jour. On se demande vraiment qui a eu l’idée de donner ce nom à cette arête. Tōmi-one signifie « l’arête d’où l’on voit loin », mais enfouie dans une végétation épaisse, on n’y voit pas grand-chose. Après quatre heures de marche faciles, on est arrivé au refuge vers midi et le campement était déjà quasiment plein. On a réussi à trouver l’un des deux derniers emplacements à peu près confortable. Pourtant, entre notre arrivée et le soir le campement avait quand même trouvé le moyen de doubler voir de tripler de taille. C’est comme les trains aux heures de pointes à Tōkyō. Quand vous pensez être serré comme une sardine et que plus personne ne peut monter dans la rame, 50 personnes suplémentaires trouvent le moyen de s’y entasser. Mais deux randonneurs n’ont quand même rien trouvé d’autre comme emplacement que de coincer leur tente entre le moteur à essence du refuge et les toilettes extérieures… Vous êtes prévenus. Entre temps il s’était mis à pleuvoir et l’on n’a pas pu dîner dehors, mais au moins on était déjà à l’abri.

Tomi-one ridge heading to ShiradakeHeading to Shiradake on Tomi-one ridgeAt the base of Shiradake on Tomi-one ridgeArriving at Shiradake from Tomi-one ridgeHiker in the mystCrowded camp site at Shiradake

Le lendemain, on a poursuivi notre stratégie: partir tôt. Sur cet itinéraire, c’est important non seulement pour ne pas perdre du temps à devoir faire la queue dans tous les endroits où une seule personne ne peut passer à la fois, mais surtout une question de sécurité. Plus il y a de monde plus il y a de risque de chutes de pierres ou de bousculade involontaire lorsque l’on croise les randonneurs qui font le parcours dans l’autre sens.

La stratégie a été payante. Tout d’abord, on est arrivé juste à temps pour contempler le lever de soleil depuis le sommet de Goryūdake.

Hiking to Goryudake summit before sunrise - 1Hiking to Goryudake summit before sunrise - 2Rock scrambling on GoryudakeContemplating sunrise from GoryudakeSunrise from Goryudake

Ensuite, malgré la foule, il y avait encore peu de monde sur le sentier et on a pu profiter à notre rythme de ce très joli itinéraire jusqu’à notre arrivée au refuge de Kiretto-goya, juste avant le passage de l’arête escarpée de Yatsumine-kiretto. Là on a commencé à croiser les randonneurs qui venaient dans l’autre sens. Il a fallu redoubler de prudence, mais cela n’était pas encore le cohue et restait gérable.

On a tous vraiment apprécié l’itinéraire. Le sentier, parfois rocheux et escarpé, parfois facile, donne une bonne ambiance montagne, sans être trop difficile.

Rock-scrambling down GoryudakeRock scrambling between Goryudake and Kashimayarigatake - 1Rock scrambling between Goryudake and Kashimayarigatake - 2Rock scrambling between Goryudake and Kashimayarigatake - 3Rock scrambling between Goryudake and Kashimayarigatake - 4Rock scrambling between Goryudake and Kashimayarigatake - 5Rock scrambling between Goryudake and Kashimayarigatake - 6Rock scrambling between Goryudake and Kashimayarigatake - 7

Et par la belle journée de dimanche, la vue était tout implement imprenable depuis chaque sommet: vues sur toutes les Alpes du Nord, Alpes du Sud, Alpes Centrales (Chuō-Alps, 中央アルプス), le Mont-Asama (浅間山), le Mont-Fuji, le massif de Yatsugatake (八ヶ岳), Myōkōzan (妙高山) et Hiuchiyama (火打山)

On the Goryudake-Kashimayarigatake ridge 1On the Goryudake-Kashimayarigatake ridge 2On the Goryudake-Kashimayarigatake ridge 3On the Goryudake-Kashimayarigatake ridge 4On the Goryudake-Kashimayarigatake ridge 5Between Kashimayarigatake Hoppo and Nanpo peaks

Une fois arrivé au sommet de Kashimayarigatake, toutes les difficultés derrière nous, on a fait une pause casse-croûte bien méritée, avant de se remettre en route tranquillement pour descendre jusqu’au campement du refuge de Tsumetaïike-sansō (冷池山荘). Arrivé vers midi et demi, là encore, tous les bons emplacements déjà pris, il ne restait que quelques places et là encore le camping a trouvé le moyen d’au moins tripler de taille le soir, les derniers n’ayant plus que le sentier pour s’installer. La météo étant encore stable et avec tout l’après-midi devant nous, après une petite sieste, je suis allé courir jusqu’au sommet de Jiigatake (爺ヶ岳).

Hikers on NunobikiyamaHikers on the way to Kashimayarigatake 1Hiker on the way to Kashimayarigatake 2The ridge heading to JiigatakeJiigatake summitBetween Jiigatake peaksTsumetaiike packed camp site

Le lendemain, dernier jour, on n’était pas pressé. Quand même réveillés à quatre heures, on a pu contempler depuis le refuge une nouvelle fois un très beau lever de soleil qui a complètement illuminé les flancs de Kashimayarigatake.

Kashimayarigatake before sunriseSunrise on Kashimayarigatake

Puis on a fait l’aller-retour jusqu’au sommet de Jiigatake, avant de redescendre vers Ōtanbara (大谷原). La longue et raide descente a été plutôt pénible pour tout le monde. Ayant tous juste envie d’en finir on a enchaîné d’une traite sans faire de pause.

Contemplating the Alps summits from JiigatakeGoryu-Kashimayari-0914-286Heading down to Otanbara

Le taxi nous a ramené à notre voiture et nous avons pris la direction des sources thermales pour terminer ce week-end parfait par un bon bain chaud. Après un mois entier sans presque sortir, c’était un vrai plaisir de se retouver entre amis sur un si bel itinéraire et une telle météo.

Voici ma deuxième photo de collecte de déchets en montagne.

Goryudake-Kashimayarigatake mountain trash

Cartes

Les cartes nécessaires pour cet itinéraire sont:
1/25000地形図、神城、高山4号-3、 NJ-53-6-1-3 (Kamishiro, Takayama 1-3, NJ-53-6-1-3)
1/25000地形図、十字峡、高山5号-1、 NJ-53-6-5-1 (Jūjikyō, Takayama 5-1, NJ-53-6-1-3)

où la carte au 1/50000ème 山と高原地図 鹿島槍・五竜岳 Yama-to-Kōgen-chizu, Kashimayarigatake/Goryūdake

 

Elevation Profile

fichiers GPX pour GPS:goryu-kashimayari-0914.gpx

Itinéraire

L’un de mes amis voulait descendre vers Ōtanbara de manière à observer un couloir de descente de ski de randonnée dans la face Est de Kashimayarigatake. Mais sans cela il est plus naturel, surtout en étant allé jusqu’à Jiigatake, de descendre sur Ōgisawa (扇沢, voir les informations dans l’article concernant Tateyama (立山)) au Sud plutôt que de revenir en arrière. C’est plus rapide et il y un bus.

Sécurité

Comme les photos ci-dessus le montrent, cet itinéraire de montagne balisé et équipés d’échelles et de chaînes, sort du cadre classique de la randonnée. Certaines sections nécessitent de faire du rock scrambling (il faut mettre les mains, c’est de la grimpette sans être de l’escalade). La section la plus raide et rocheuse est l’arête de Yatsumine-kiretto (八峰キレット) entre le refuge de Kirettogoya et le sommet de Kashimayarigatake. La fin de la montée à Goryūdake en venant du Nord, la descente par le sentier Sud et toute la section jusqu’aux deux sommets intermédiaires suivants, comportent aussi de nombreuses sections dangereuses. Il faut faire attention aux chutes de pierres et lorsque vous croisez du monde à ne pas bousculer quelqu’un/vous faire bousculer par inadvertance.

Certaines personnes portent un casque en cas de chute de pierres ou de chute tout court. Cela a peu-être sauvé une femme qui s’est retrouvée dix mètres plus bas sous le sentier juste avant d’arriver au refuge de Kirettogoya (ayant sans doute baissée son attention pensant être arrivé), mais de manière générale je trouve cela inutile. A chacun de juger.

Suivant votre niveau et les conditions, l’utilisation d’un harnais et d’une corde peuvent être nécessaires. Faites attention tôt le matin et dans toutes les sections à l’ombre, lorsque le rocher est encore humide voir givré.

En hiver et qu printemps lorsqu’il y a encore de la neige, cet itinéraire requiert l’utilisation de matériel et des techniques d’alpinisme.

Informations pratiques

Retrouvez toutes les informations (accès, refuges, sécurité…) concernant les montagnes proches de Hakuba dans cet article et celles sur les sommets entre Jiigatake (爺ヶ岳) et Fudōdake (不動岳) dans cet article.

Arctiles Récommandés

Laissez un Commentaire

Saisissez votre recherche et appuyer sur la touche Entrée